Mes derniers avis:

Mes derniers avis

mercredi 19 juillet 2017

Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie de Virginie Grimaldi


L'histoire : 

Pauline, quittée par son mari Ben se voit dans l'obligation de retourner vivre chez ses parents avec son petit garçon Jules. D'abord anéantie par cette douleur, elle décide de tout tenter pour faire revenir son mari en lui envoyant chaque jour un souvenir de leur relation. Mais cette exercice va faire resurgir d'autres souvenirs plus enfouis et plus douloureux...

Mon avis : 

Cela faisait un moment que je voyais sur la blogosphère des chroniques élogieuses des romans de Virginie Grimaldi. Je me suis donc décidée à découvrir cette auteure au travers de sa dernière parution dont la couverture fleure bon l'été : le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie. Je ne regrette pas cette découverte qui m'a fait passer un bon moment ! 

Comme j'aime souvent le faire j'ai commencé ma lecture sans avoir pris connaissance de la quatrième de couverture. J'ai donc été surprise par l'histoire car je m'attendais à une histoire légère comme on en trouve tant en cette période de l'année. Or le début du roman est assez triste : Pauline vient de se faire quitter par son mari et n'arrive pas du tout à l'accepter. Cette surprise quant au contenu du roman ne m'a pas dérangée, bien au contraire : j'ai apprécié cette profondeur dans l'histoire. 

D'autant plus que chacun des personnages a, on le sent, été longuement travaillé par l'auteure. Ils ont chacun leur histoire, leur qualités et leurs défauts. C'est ce que j'ai préféré dans cette lecture, la vie de chacun n'est pas parfaite mais cela ne signifie pas qu'ils ne peuvent pas être heureux. 

Enfin j'ai apprécié les petites touches d'humour disséminées partout dans l'histoire, ce qui en fait, malgré le sujet traité, un roman idéal pour se détendre et rêver pendant cette été. Cette histoire est porteuse d'un message, que l'on retrouve dans le titre ! 

En résumé : Un roman sympathique que j'ai apprécié de découvrir. Je lirai sans nul doute les autres titres de Virginie Grimaldi. 

Retrouvez aussi sur ce blog : 
    
       

lundi 10 juillet 2017

Le sel de nos larmes de Ruta Sepetys



L'histoire : 

Hiver 1945, fin de la seconde guerre mondiale. Quatre jeunes, quatre destins. 
Chacun d'entre eux est né dans un pays différents. Ils sont tous traqué et hanté par leur propre guerre. Au milieu des dizaines de milliers de réfugiés fuyant vers la côte devant l'avancée de l'armée russe, ils sont réunis par le destin pour affronter la peur, le froid, la faim, les bombes... Ils ont tous le même but : embarquer sur un navire pour échapper à cette guerre.... 

Mon avis : 

J'ai découvert ce roman totalement par hasard, je le possédais sur ma liseuse et j'ai commencé à le lire en pensant qu'il s'agissait du premier roman de Ruta Sepetys, qui relate le destin d'une famille dans un camp de travail en Sibérie dans les années 40 (Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre). J'ai donc été au départ un peu déroutée par cette lecture et j'ai mis un moment à me rendre compte que je m'étais trompée de titre! Mais au final je ne regrette pas cette lecture qui m'a plu et beaucoup touchée.

Cette histoire se déroule comme pour le premier roman de Ruta Sepetys, pendant la seconde guerre mondiale, plus précisément à la fin de celle-ci. On y suit quatre jeunes adultes et adolescents présents en Allemagne en hiver 1945. Les Russes sont en train d'envahir le pays et, pour une majorité de la population, l'exode est la seule solution pour tenter d'échapper aux atrocités que l'armée soviétique fait subir aux civils. Encerclés, leur seul espoir de fuite se situe sur la côte et notamment par l'embarquement sur un navire censé les emmener loin de cet enfer : le Wilhem Gustloff. 

J'ai adoré ce roman qui retrace une page de l'histoire souvent méconnu, à savoir le destin des civils allemands à la fin de la seconde guerre mondiale, et plus particulièrement celui du navire Wilhem Gustloff, qui transportait plus de 10 000 réfugiés. 

Comme l'indique Ruta Sepetys à la fin de cet ouvrage, il s'agit d'un roman historique. Cela signifie donc que les personnages et leurs histoires sont issus de l'imagination de l'auteure mais que le contexte historique dans lequel ils se trouvent est tiré de faits réels. C'est ce que j'ai préféré dans cette lecture, on sent que Ruta Sepetys s'est beaucoup documentée pour écrire ce roman et la véracité historique dans laquelle baignent les personnages donne une intensité forte à la lecture. Il ne s'agit pas d'une simple fiction et le fait de savoir que les faits décrits dans cet ouvrage se sont réellement produits m'a touchée et beaucoup remuée. 

Enfin le style d'écriture de l'auteure m'a plu, Ruta Sepetys réussi l'exploit de nous raconter ces tristes moments de la vie de ces jeunes et de l'exode de tous ces réfugiés sans pour autant tomber dans le pathétique et dans le surplus de sentimentalisme. 

En résumé: c'est un roman que j'ai adoré car il évoque avec justesse et aux travers de personnages attachants une période peu connue de la seconde guerre mondiale. 

Retrouvez aussi sur ce blog : 
   
        

samedi 8 juillet 2017

De retour!


Après de long mois sans avoir publié de chroniques, je reviens avec enfin plus de temps libre pour découvrir de nouveaux romans ! 

Je vous dois, chers lecteurs, une explication quant à cette longue absence. J'ai cette année totalement changé de  vie. J'ai tout d'abord déménagé à Tours pour suivre mon chéri qui y a trouvé du travail. Fini le stress de la vie parisienne, nous nous sommes très vite adaptés à notre nouvelle ville! 

Avec ce déménagement j'ai dû arrêter de donner des cours particuliers, emploi d'appoint que j'exerçais depuis des années. Et cet arrêt a été une révélation : je me suis rendu compte que je n'avais aucune envie d'arrêter d'enseigner. J'ai donc totalement changé de voie professionnelle. Anciennement ingénieure je suis devenue professeure des écoles ! 

J'ai eu la chance de trouver rapidement un poste d'enseignante remplaçante et j'ai préparé en parallèle le concours de professeurs des écoles. Cette année a donc été très chargée mais cela valait le coup : j'ai réussi mon concours et serai donc professeure des écoles en Indre et Loire à la rentrée! 

Voici donc les explications de ma longue absence sur ce blog, j'espère maintenant pouvoir publier plus régulièrement ici. Merci à ceux qui ont pris de mes nouvelles durant ces mois d'absence et à bientôt pour de nouvelles chroniques! 

jeudi 6 octobre 2016

À demain, Lou de Marie-Claude Vincent

L'histoire : 

Élisabeth, Lou et la petite Laura forment avec leurs parents une famille unie et joyeuse. Jusqu’au jour où Éli part passer le week-end chez une amie et ne revient pas. Bloquée par le silence des adultes, Lou n’ose pas poser de questions. Le corps pressent ce que l’esprit refuse d’accepter, mais admettre qu’Éli est morte serait plus terrible encore que ce mutisme qui, peu à peu, empoisonne tout.

C’est sur cet événement que Lou revient à la veille de ses seize ans, l’âge d’Éli à sa disparition. Comment continuer à vivre sans cette grande soeur qu’elle chérit tant ? Comment se résoudre à devenir plus vieille qu’elle ? Comment cesser d’être « la petite soeur d’Éli » ? Il va bien falloir, pourtant, passer ce cap…

Mon avis : 

À demain Lou est un roman qui se lit rapidement mais qui pourtant traite d'un sujet particulièrement complexe : la compréhension et l'acceptation de la mort d'un proche par un enfant. Elie, la grande sœur de Lou, 12 ans, décède à la suite d'un accident. Au delà de la difficulté de comprendre la réalité de la situation,  Lou va avoir beaucoup de mal à accepter la mort de sa sœur. Elle va continuer à lui écrire, à lui raconter tout ce qu'il se passe dans la vie de la maison pendant son "absence", en attendant son retour. Mais le temps va passer et il va bien falloir que Lou accepte la dure réalité. 

Marie-Claude Vincent, l'auteure, a pris le parti de raconter cette histoire uniquement du point de vue de Lou. Je trouve ce choix totalement pertinent, d'autant plus que l'on a réellement l'impression que c'est une jeune fille qui écrit. C'est ce point que j'ai préféré dans cette lecture : on se retrouve au côté de Lou durant cette épreuve, et sa douleur devient la notre. L'émotion et les différentes phases du deuil de la petite fille se perçoivent au fil des pages, ce qui rend ce roman très émouvant. 

Malgré son faible nombre de pages , À demain Lou fait partie de ces histoires qui marquent et qui touchent le cœur. C'est une lecture que je n'oublierai pas.  

Résumé : Un roman court mais intense et bouleversant qui traite de la difficulté d'appréhender la mort d'un proche lorsque l'on est enfant. J'ai été émue durant cette lecture que je vous recommande. 

Retrouvez aussi sur ce blog : 
       

samedi 1 octobre 2016

Le temps est assassin de Michel Bussi


L'histoire : 

Été 1989, Corse, presqu’île de Revellatta. Un fatal accident de voiture : quatre occupants, une seule survivante, une adolescente de quinze ans. Tous sont morts sous ses yeux.

Été 2016, devenue femme et mère, Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l’accident, avec sa famille, en vacances, pour exorciser le passé…
A l’endroit même où elle passait son dernier été avec ses parents, elle trouve une lettre.
Une lettre signée de sa mère… Vivante ?

Mon avis : 

L'expression jamais deux sans trois s'est vérifiée grâce à ce roman. Il s'agissait de ma troisième lecture d'un roman de Michel Bussi et j'ai une nouvelle fois été conquise ! 

Je n'ai pas vraiment lu mais plutôt écouté ce roman, et ce grâce aux éditions Audiolib. La qualité de l'audiobook et très bonne et la lectrice Julie Basecqz apporte un vrai plus au récit en faisant vivre chacun des personnages. Je remercie les éditions Audiolib pour cette écoute ! 

Dans Le temps et assassin, nous faisons la connaissance de Clotilde, une mère de famille d'origine Corse qui, plus de 15 ans après, revient sur l'île de beauté où un accident de voiture a tué ses parents et son frère. Elle aussi était dans la voiture, et elle seule a survécu. Elle a assisté à l'accident et vu les membres de sa famille mourir. Pourtant, une lettre va lui parvenir, signée de sa mère. L'impossible est-il vrai ? Sa mère est-elle encore vivante? Ces questions vont amener Clotilde à enquêter et à découvrir des secrets bien plus complexes que ce qu'elle aurait pu imaginer. 

Comme dans ses autres romans, Michel Bussi fait preuve d'un grand talent pour insuffler le doute dans l'esprit de ses lecteurs et pour ne répondre à toutes nos interrogations qu'au dernier moment. Ainsi, comme pour Maman a tort et Nymphéas noirs je n'ai, à aucun moment, deviné le dénouement final et j'ai ainsi apprécié cette histoire du début à la fin. 

En plus de ce suspense qui m'a beaucoup plu, j'ai particulièrement apprécié le cadre géographique de ce roman. L'auteur dépeint la Corse avec beaucoup de réalisme et de justesse. J'avais l'impression de me trouver là-bas et cela rend l'histoire encore plus prenante ! 

En résumé : Une excellente lecture qui confirme ma grande admiration pour le talent d'écriture et d'imagination de Michel Bussi. Si vous recherchez un roman qui vous transporte et qui vous fait douter à chaque instant, Le temps est assassin est fait pour vous ! 

Retrouvez aussi sur ce blog : 
      

mercredi 21 septembre 2016

Veux-tu m'épouser 100 fois ? de Holly Martin

L’histoire :

Vendre la demande en mariage idéale, voilà le travail de Suzie. Et son agence La Proposition Parfaite fonctionne plutôt bien – c’est même la seule chose qui tient la route dans sa vie. Jusqu’à ce qu’Harry, son meilleur ami et associé, décide de l’embarquer dans un plan de communication complètement fou. 
100 jours. 
100 demandes en mariage. 
Elle et lui dans le rôle des fiancés.

Un jeu qui pourrait être divertissant si Suzie n’était pas désespérément et secrètement amoureuse d’Harry. Quoi de pire que de se faire demander en mariage non-stop pendant trois mois par l’homme que l’on aime depuis des années, et d’être obligée de répondre « non » chaque fois ? Enfin, en théorie…

Mon avis :

J’ai choisi ce roman car l’histoire m’intriguait. Dans « Veux-tu m’épouser 100 fois ? », Suzie reçoit chaque jour une demande en mariage de la part de son ami Harry, et ce pour les besoins de leur site internet spécialisé dans les propositions de fiançailles originales. Mais Suzie a un soucis : elle est amoureuse de Harry. Ainsi chaque demande se révèle difficile à supporter car elle n’a qu’une envie : lui dire oui !

Mon avis est assez mitigé sur cette lecture, certains points m’ont beaucoup plu mais d’autres m’ont profondément ennuyée.

J’ai tout d’abord apprécié cette histoire et la fraîcheur des personnages. C’est un roman qui se laisse facilement lire. Cependant, et c’est une chose que j’ai particulièrement aimé, l’histoire n’est pas que légèreté. L’auteure y ajoute de la profondeur en traitant notamment du deuil et de la reconstruction après ce genre d’épreuve.

Malheureusement d’autres aspects de ce roman m’ont moins convaincue. J’ai trouvé Suzie, le personnage principal, un peu trop naïve et j’avais parfois envie de la secouer pour lui ouvrir les yeux. De plus, si les nombreux rebondissements du roman ont leur intérêt, je trouve qu’il y en a justement trop. A partir de la moitié du livre j’ai commencé à m’ennuyer et à trouver l’histoire répétitive. J’ai même sauté certains passages ce qui m’arrive rarement ! C’est un roman qui aurait mérité d’être plus court.

En résumé : Une lecture agréable et une idée de base originale mais ce roman aurait mérité d’être plus court car il devient vite répétitif. 

Retrouvez aussi sur ce blog : 
        

jeudi 8 septembre 2016

Un goût de cannelle et d'espoir de Sarah McCoy

L'histoire :

Allemagne 1944. Naïve et innocente, Elsie traverse la guerre à l’abri de la petite boulangerie de ses parents et sous la protection d’un officier nazi, loin d’être indifférent à son charme. Lors de la soirée de Noël du parti, elle échappe de peu à un viol grâce à un petit garçon juif. Seul et sans défense, il demande à la jeune fille de le cacher. Prendra-t-elle le risque ? États-Unis, de nos jours. À quatre-vingts ans, Elsie s’active toujours derrière les fourneaux de sa boulangerie. Elle rencontre Reba, une journaliste venue l’interroger sur les fêtes de Noël du passé…

Mon avis :

Sur le papier ce roman avait tout pour me plaire : un titre accrocheur, une couverture magnifique et un sujet qui me touche beaucoup et que j'aime retrouver dans mes lectures : la vie quotidienne pendant la seconde guerre mondiale. Ce fut effectivement une très bonne lecture même s'il m'a manqué le petit truc en plus qui en aurait fait un coup de coeur. 

Dans ce récit nous découvrons le destin de deux femmes : Elsie une jeune allemande dont le destin va être bouleversé par un petit garçon juif en 1944, et Reba, une journaliste vivant à notre époque, un peu perdue dans sa vie sentimentale, qui va pour une interview rencontrer Elsie et sa famille. 

C'est un roman qui mêle donc alternativement passé et présent et qui, en ce sens, m'a un peu rappelée Il était une lettre de Kathryn Hugues, roman qui avait été un coup de cœur. Ici le lien entre ce passé et notre période actuelle est moins marqué. Il y a deux histoires distinctes, même si elles ont des similarités et des personnages en commun. J'aurais justement aimé retrouver plus de liens entre ces deux époques, avec notamment le recul que pouvait avoir Elsie sur ce qui lui est arrivé pendant la guerre. 

A part ce petit point qui m'a manqué, j'ai adoré ce roman et plus particulièrement le destin d'Elsie pendant la seconde guerre mondiale. Sarah McCoy amène beaucoup de subtilité à ce qu'a été l'Allemagne Nazie, elle montre l'endoctrinement du peuple allemand ainsi que les désillusions qu'a entraîner la guerre et les découvertes des atrocités menées par les nazis. Cette nuance qu'apporte l'auteure permet, non pas de justifier ces terribles actes, mais plutôt de mieux comprendre ce qui les a entraînés. C'est un point que j'ai adoré, ici nous ne sommes pas dans le cliché du méchant allemand sans aucune valeur morale, Sarah McCoy montre que la vérité a été beaucoup plus complexe. 

Enfin j'ai apprécié le côté "tourne-pages" du livre, j'ai été prise par cette histoire et j'avais du mal à reposer le roman une fois commencé. 

En résumé : Un très beau roman plein d'amour et d'espoir qui évoque une période dramatique de l'histoire avec beaucoup de justesse et de subtilité.  

Retrouvez aussi sur ce blog :