Mes derniers avis:

Mes derniers avis

lundi 15 janvier 2018

Hopeless de Colleen Hoover



L'histoire : 

Sky, adolescente de 17 ans vit avec sa mère adoptive. Toujours scolarisée à la maison elle choisit pour sa dernière année de lycée de se rendre dans l'établissement de sa ville, où elle ne connait personne. L'intégration est difficile mais Sky n'en a que faire, elle ne ressent aucune émotion depuis son enfance. Alors quand elle croise Holder, elle est déstabilisée par l'effet qu'il a sur elle. D'autant que ce garçon pense la connaitre alors qu'elle n'a aucun souvenir de lui...


Mon avis : 

Colleen Hoover est une auteure que je voulais découvrir depuis très longtemps car chacun de ses romans a d'excellentes critiques sur les blogs et les sites communautaires de passionnés de lecture. 

Si je n'ai pas compris cet engouement pendant la première partie de ma lecture, un gros rebondissement a rendu la seconde beaucoup plus addictive. 

En commençant ce roman, j'ai eu la sensation de retrouver les lectures favorites de mon adolescence, l'histoire d'un amour intense entre une adolescente incomprise et le beau garçon mystérieux du lycée. Si j'ai apprécié ce début de roman, je suis maintenant beaucoup moins emballée par ce type d'histoire très classique et je pensais donc avoir un avis mitigé sur cette lecture. 

Mais c'était sans compter sur un énorme rebondissement qui intervient environ à la moitié du roman, un rebondissement que je ne peux pas vous dévoiler sans gâcher l'effet qu'il produit sur le lecteur. A partir de celui-ci la lecture prend une dimension beaucoup plus profonde et j'ai eu du mal à lacher le livre avant de l'avoir terminé.

Je comprends maintenant le succès que rencontre Colleen Hoover. En plus d'un style d'écriture agréable qui rend la lecture fluide, celle-ci sait procurer des émotions chez ses lecteurs. Nul doute que je lirai bientôt une autre de ses œuvres!  

En résumé : Ma première lecture d'un roman de Colleen Hoover et probablement pas la dernière ! J'ai apprécié la grosse surprise au milieu de cette lecture qui a su m'émouvoir et rendre la fin du roman captivante. 

Retrouvez aussi sur ce blog : 
          

jeudi 4 janvier 2018

Bakhita de Véronique Olmi


L'histoire : 

Au milieu du XIXème siècle, au Darfour, une petite fille de 7 ans est enlevée par des négriers. Rebaptisée Bakhita elle est vendue sur un marché aux esclaves. Elle passera de maitre en maitre jusqu'à arriver en Italie. Placée dans un couvent, elle choisira d'être baptisée puis deviendra religieuse. 


Mon avis : 

Dès sa sortie j'ai su que ce roman allait me plaire. Parce qu'il traite d'une histoire vraie tout d'abord, Bakhita ayant existé, et également parce qu'il s'agit d'un roman historique, mon genre littéraire favori. 

C'est ici une des pages les plus sombres de l'histoire de l'humanité qui est évoquée : l'esclavage. Une page qui n'est malheureusement pas encore terminée puisque la traite des êtres humains existent encore. Véronique Olmi évoque dans cet ouvrage la vie extraordinaire de Bakhita, petite fille enlevée à 7 ans dans son village en Afrique pour devenir esclave et qui, après avoir subie les sévices de nombreux maîtres successifs, trouvera une nouvelle vie en Italie, où elle deviendra religieuse. 

C'est un roman qui vous attrape dès le début pour ne plus vous lâcher jusqu'à la dernière page. Le destin de Bakhita est relaté avec beaucoup de justesse par Véronique Olmi. Je me suis tout de suite attachée à cette petite fille qui a été si traumatisée par son enlèvement par des négriers qu'elle en a oublié son nom. Bakitha est un nom qu'on lui a donné une fois devenue esclave. 

On suit la vie de Bakhita de manière chronologique et, sans tomber dans le pathétique, l'auteure retranscrit avec justesse les horreurs vécues et la violence dans laquelle a grandi la petite fille. Véronique Olmi adopte un point de vue interne, en essayant de se mettre à la place de Bakhita et d'imaginer ce qu'elle ressentait. Je trouve ce choix très intéressant car cela la rend plus attachante et son histoire d'autant plus poignante.  

Pendant ma lecture, le fait de savoir que cette histoire est tirée de faits réels m'a beaucoup remuée. Il est difficile de s'imaginer qu'une telle barbarie a pu exister et existe encore aujourd'hui. C'est un roman que je conseille à tous, le destin de Bakhita vous bouleversera. 

En résumé : Un roman fort et touchant qui pose un nom et des sentiments sur la barbarie que représente l'esclavage. Je vous recommande cette lecture. 

Retrouvez aussi sur ce blog : 

          

dimanche 5 novembre 2017

Le plus bel endroit du monde est ici de Francesc Miralles et Care Santos


L'histoire : 

Iris, la trentaine, est au plus bas. Ses parents viennent de décéder dans un tragique accident, et depuis toute sa vie et ses habitudes ont été chamboulées. N'arrivant pas à remonter la pente, elle décide alors d'en finir. Un concours de circonstance va alors l'amener à entrer dans un café qu'elle n'avait jamais vu auparavant. Un café au nom étrange : le plus bel endroit du monde est ici. Elle y fera alors une rencontre qui va changer sa vie...

Mon avis : 

J'ai lu ce roman très rapidement, parce qu'il est plutôt court et surtout parce que j'ai été immédiatement entraînée dans cet univers un brin surréaliste de Francesc Miralles et Care Santos. J'ai été touchée par Iris, cette femme qui se retrouve anéantie par le décès de ses parents, les principaux piliers de sa vie. Comment se reconstruire alors quand tout son univers et toutes ses habitudes sont chamboulés? 

En entrant par hasard dans un café qui n'a pas de mystérieux que le nom, le plus bel endroit du monde est ici, Iris trouvera des clés pour aller mieux et commencer enfin à vivre. 

Ce roman a quelques traits d'un roman de développement personnel, un genre que j'apprécie beaucoup. Cependant je ne le catégoriserais pas en tant que tel car les conseils donnés et les habitudes de vie ne sont qu'évoqués ici et ne sont, à mon sens, pas assez détaillés pour pouvoir être mis en oeuvre par les lecteurs. 

Cela n'empêche pas que cette lecture fait partie des feel good books, des romans qui nous rendent heureux, des romans réconfortants que l'on a envie de relire juste pour le sentiment qu'ils nous procurent! 

En résumé : Ce roman est comme un carré de chocolat, il réconforte et nous fait nous sentir bien ! 

Retrouvez aussi sur ce blog : 
       
           

mercredi 19 juillet 2017

Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie de Virginie Grimaldi


L'histoire : 

Pauline, quittée par son mari Ben se voit dans l'obligation de retourner vivre chez ses parents avec son petit garçon Jules. D'abord anéantie par cette douleur, elle décide de tout tenter pour faire revenir son mari en lui envoyant chaque jour un souvenir de leur relation. Mais cette exercice va faire resurgir d'autres souvenirs plus enfouis et plus douloureux...

Mon avis : 

Cela faisait un moment que je voyais sur la blogosphère des chroniques élogieuses des romans de Virginie Grimaldi. Je me suis donc décidée à découvrir cette auteure au travers de sa dernière parution dont la couverture fleure bon l'été : le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie. Je ne regrette pas cette découverte qui m'a fait passer un bon moment ! 

Comme j'aime souvent le faire j'ai commencé ma lecture sans avoir pris connaissance de la quatrième de couverture. J'ai donc été surprise par l'histoire car je m'attendais à une histoire légère comme on en trouve tant en cette période de l'année. Or le début du roman est assez triste : Pauline vient de se faire quitter par son mari et n'arrive pas du tout à l'accepter. Cette surprise quant au contenu du roman ne m'a pas dérangée, bien au contraire : j'ai apprécié cette profondeur dans l'histoire. 

D'autant plus que chacun des personnages a, on le sent, été longuement travaillé par l'auteure. Ils ont chacun leur histoire, leur qualités et leurs défauts. C'est ce que j'ai préféré dans cette lecture, la vie de chacun n'est pas parfaite mais cela ne signifie pas qu'ils ne peuvent pas être heureux. 

Enfin j'ai apprécié les petites touches d'humour disséminées partout dans l'histoire, ce qui en fait, malgré le sujet traité, un roman idéal pour se détendre et rêver pendant cette été. Cette histoire est porteuse d'un message, que l'on retrouve dans le titre ! 

En résumé : Un roman sympathique que j'ai apprécié de découvrir. Je lirai sans nul doute les autres titres de Virginie Grimaldi. 

Retrouvez aussi sur ce blog : 
    
       

lundi 10 juillet 2017

Le sel de nos larmes de Ruta Sepetys



L'histoire : 

Hiver 1945, fin de la seconde guerre mondiale. Quatre jeunes, quatre destins. 
Chacun d'entre eux est né dans un pays différents. Ils sont tous traqué et hanté par leur propre guerre. Au milieu des dizaines de milliers de réfugiés fuyant vers la côte devant l'avancée de l'armée russe, ils sont réunis par le destin pour affronter la peur, le froid, la faim, les bombes... Ils ont tous le même but : embarquer sur un navire pour échapper à cette guerre.... 

Mon avis : 

J'ai découvert ce roman totalement par hasard, je le possédais sur ma liseuse et j'ai commencé à le lire en pensant qu'il s'agissait du premier roman de Ruta Sepetys, qui relate le destin d'une famille dans un camp de travail en Sibérie dans les années 40 (Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre). J'ai donc été au départ un peu déroutée par cette lecture et j'ai mis un moment à me rendre compte que je m'étais trompée de titre! Mais au final je ne regrette pas cette lecture qui m'a plu et beaucoup touchée.

Cette histoire se déroule comme pour le premier roman de Ruta Sepetys, pendant la seconde guerre mondiale, plus précisément à la fin de celle-ci. On y suit quatre jeunes adultes et adolescents présents en Allemagne en hiver 1945. Les Russes sont en train d'envahir le pays et, pour une majorité de la population, l'exode est la seule solution pour tenter d'échapper aux atrocités que l'armée soviétique fait subir aux civils. Encerclés, leur seul espoir de fuite se situe sur la côte et notamment par l'embarquement sur un navire censé les emmener loin de cet enfer : le Wilhem Gustloff. 

J'ai adoré ce roman qui retrace une page de l'histoire souvent méconnu, à savoir le destin des civils allemands à la fin de la seconde guerre mondiale, et plus particulièrement celui du navire Wilhem Gustloff, qui transportait plus de 10 000 réfugiés. 

Comme l'indique Ruta Sepetys à la fin de cet ouvrage, il s'agit d'un roman historique. Cela signifie donc que les personnages et leurs histoires sont issus de l'imagination de l'auteure mais que le contexte historique dans lequel ils se trouvent est tiré de faits réels. C'est ce que j'ai préféré dans cette lecture, on sent que Ruta Sepetys s'est beaucoup documentée pour écrire ce roman et la véracité historique dans laquelle baignent les personnages donne une intensité forte à la lecture. Il ne s'agit pas d'une simple fiction et le fait de savoir que les faits décrits dans cet ouvrage se sont réellement produits m'a touchée et beaucoup remuée. 

Enfin le style d'écriture de l'auteure m'a plu, Ruta Sepetys réussi l'exploit de nous raconter ces tristes moments de la vie de ces jeunes et de l'exode de tous ces réfugiés sans pour autant tomber dans le pathétique et dans le surplus de sentimentalisme. 

En résumé: c'est un roman que j'ai adoré car il évoque avec justesse et aux travers de personnages attachants une période peu connue de la seconde guerre mondiale. 

Retrouvez aussi sur ce blog : 
   
        

samedi 8 juillet 2017

De retour!


Après de long mois sans avoir publié de chroniques, je reviens avec enfin plus de temps libre pour découvrir de nouveaux romans ! 

Je vous dois, chers lecteurs, une explication quant à cette longue absence. J'ai cette année totalement changé de  vie. J'ai tout d'abord déménagé à Tours pour suivre mon chéri qui y a trouvé du travail. Fini le stress de la vie parisienne, nous nous sommes très vite adaptés à notre nouvelle ville! 

Avec ce déménagement j'ai dû arrêter de donner des cours particuliers, emploi d'appoint que j'exerçais depuis des années. Et cet arrêt a été une révélation : je me suis rendu compte que je n'avais aucune envie d'arrêter d'enseigner. J'ai donc totalement changé de voie professionnelle. Anciennement ingénieure je suis devenue professeure des écoles ! 

J'ai eu la chance de trouver rapidement un poste d'enseignante remplaçante et j'ai préparé en parallèle le concours de professeurs des écoles. Cette année a donc été très chargée mais cela valait le coup : j'ai réussi mon concours et serai donc professeure des écoles en Indre et Loire à la rentrée! 

Voici donc les explications de ma longue absence sur ce blog, j'espère maintenant pouvoir publier plus régulièrement ici. Merci à ceux qui ont pris de mes nouvelles durant ces mois d'absence et à bientôt pour de nouvelles chroniques! 

À demain, Lou de Marie-Claude Vincent

L'histoire : 

Élisabeth, Lou et la petite Laura forment avec leurs parents une famille unie et joyeuse. Jusqu’au jour où Éli part passer le week-end chez une amie et ne revient pas. Bloquée par le silence des adultes, Lou n’ose pas poser de questions. Le corps pressent ce que l’esprit refuse d’accepter, mais admettre qu’Éli est morte serait plus terrible encore que ce mutisme qui, peu à peu, empoisonne tout.

C’est sur cet événement que Lou revient à la veille de ses seize ans, l’âge d’Éli à sa disparition. Comment continuer à vivre sans cette grande soeur qu’elle chérit tant ? Comment se résoudre à devenir plus vieille qu’elle ? Comment cesser d’être « la petite soeur d’Éli » ? Il va bien falloir, pourtant, passer ce cap…

Mon avis : 

À demain Lou est un roman qui se lit rapidement mais qui pourtant traite d'un sujet particulièrement complexe : la compréhension et l'acceptation de la mort d'un proche par un enfant. Elie, la grande sœur de Lou, 12 ans, décède à la suite d'un accident. Au delà de la difficulté de comprendre la réalité de la situation,  Lou va avoir beaucoup de mal à accepter la mort de sa sœur. Elle va continuer à lui écrire, à lui raconter tout ce qu'il se passe dans la vie de la maison pendant son "absence", en attendant son retour. Mais le temps va passer et il va bien falloir que Lou accepte la dure réalité. 

Marie-Claude Vincent, l'auteure, a pris le parti de raconter cette histoire uniquement du point de vue de Lou. Je trouve ce choix totalement pertinent, d'autant plus que l'on a réellement l'impression que c'est une jeune fille qui écrit. C'est ce point que j'ai préféré dans cette lecture : on se retrouve au côté de Lou durant cette épreuve, et sa douleur devient la notre. L'émotion et les différentes phases du deuil de la petite fille se perçoivent au fil des pages, ce qui rend ce roman très émouvant. 

Malgré son faible nombre de pages , À demain Lou fait partie de ces histoires qui marquent et qui touchent le cœur. C'est une lecture que je n'oublierai pas.  

Résumé : Un roman court mais intense et bouleversant qui traite de la difficulté d'appréhender la mort d'un proche lorsque l'on est enfant. J'ai été émue durant cette lecture que je vous recommande. 

Retrouvez aussi sur ce blog :