Mes derniers avis:

Mes derniers avis

mercredi 30 décembre 2015

Bilan de mes lectures, année 2015


2015 fut plutôt une bonne année littéraire, j'ai fait de belles découvertes et enfin lu des romans qui était dans ma pile à lire depuis des années. Voici ce bilan en quelques chiffres

Au total j'ai lu 46 livres cette année, un chiffre assez faible par rapport à mes habitudes qui s'explique par un début d'année très chargé professionnellement.  En 2015 j'ai découvert :

- 6 coups de cœur
- 20 romans que j'ai adorés
- 13 romans que j'ai aimés
- 6 livres qui m'ont laissé un avis mitigé
- 1 déception

Le mois durant lequel j'ai lu le plus de romans est ce mois de décembre avec 9 romans lus Le mois durant lequel j'ai eu le moins de temps pour lire est le mois de mars avec seulement 1 roman terminé.

Les deux styles littéraires que j'ai le plus lus sont le contemporains (13 romans) et l'historique (7 livres).

Pour l'année 2016 j'aimerais lire un minimum de 80 romans parmi lesquelles :
1.      1984 de Georges Orwell
2.      Au revoir là-haut de Pierre Lemaître
3.      Ce que je peux te dire d'elles d'Anne Icart
4.      Chroniques de la fin du monde, tome 1 de Susan Beth Pfeffer
5.      Demain est un autre jour de Lori Nelson Spielman
6.      Hopeless, tome 1 de Colleen Hoover
7.      L'invention des ailes de Sue Monk Kidd
8.      L'ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon
9.      La drôle de vie de Zelda Zonk de Laurence Peyrin
10. La passe-miroir, tome 1: les fiancés de l'hiver de Christelle Dabos
11. La vie devant soi de Romain Gary (Emile Ajar)
12. Le confident d'Hélène Gremillon
13. Le livre des Baltimore de Joël Dicker
14. Le secret de la manufacture de chaussettes inusables d'Annie Barrows
15. Le train des orphelins de Christina Baker Kline
16. Les enfants de la terre, tome 1 de Jean M. Auel 
17. Les gens heureux lisent et boivent du café d'Agnès Martin-Lugand
18. Les oubliés du dimanche de Valérie Perrin
19. Les suprêmes d'Edward Kelsey Moore
20. Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur d'Harper Lee
Certains de ces romans sont dans ma PAL depuis des années (n°1, 4, 16 et 20), il est temps de les en sortir enfin !


Et vous quel bilan livresque tirez-vous de cette année 2015 ?

lundi 28 décembre 2015

America, la treizième Colonie de Romain Sardou



L'histoire : 

1691. Un bateau fuit les côtes de l’Irlande tombée aux mains des Anglais ; à son bord, Harry et Lilly Bateman. Lui, fils de prostituée, elle, enfant illégitime d’une famille noble, mariés contre leur gré, ils embarquent vers une terre inconnue : l’Amérique.

À peine sortis de l’adolescence, ils se connaissent peu, ils ne savent pas où ils vont : tout leur reste à construire.

Ils découvrent une Amérique en devenir, entre nouvel Éden et nouvel Enfer, dont les Européens se partagent les immensités vierges, implantant des comptoirs, des forts et des villes, poussant les tribus indiennes à se déchirer.

Industrieux et visionnaires, Harry et Lilly se heurtent dans la jeune colonie de New York à un Anglais richissime et retors, Augustus Muir, qui tente de les détruire. Désormais, entre les Bateman et les Muir, la haine s’installe, une haine inextinguible qui va se transmettre à leurs descendants et inspirer la plus noire des vengeances…

Mon avis : 

J'ai reçu ce roman, America, la treizième colonie dans le cadre de la commande de ma seconde kube, une box littéraire qui permet de recevoir un ouvrage sélectionné par une librairie indépendante en fonction de nos envies du moment. J'avais ainsi demandé un roman sur la colonisation des Etats-Unis, étant curieuse de découvrir cette époque que je connais assez peu. 

J'ai aimé ce roman même si certains points m'ont beaucoup dérangée. 

Il s'agit d'une saga familiale qui suit le destin de deux principales familles, les Bateman et les Muir. J'ai été happée par l'histoire dès les premières pages, celles-ci défilent très vite. Les Bateman, jeune couple qui embarque contre son gré pour les Etats-Unis sont très attachants, j'avais hâte de découvrir leur vie et leur installation sur ce nouveau continent. Mais malheureusement cette partie a été traitée beaucoup trop vite à mon goût, nous n'apprenons que quelques éléments de leur vie et les années passent très vite, trop pour vraiment se sentir impliqué dans cette vie familiale. De plus je n'ai pas ressenti cette fameuse "haine" indiqué dans le synopsis entre les Bateman et les Muir, leurs différents impliquant de nombreux autres personnages, ils n'ont jamais de confrontation directe. 

D'une manière générale j'aurais aimé en apprendre plus sur chacun des personnages principaux pour pouvoir m'attacher plus à eux et être davantage impliquée dans l'histoire

J'ai également regretté que la plupart des actions du romans se passent en Angleterre et en Irlande et non pas aux Etats-Unis comme pouvait le laisser penser le titre, America. La fameuse "treizième colonie" n'apparaît qu'à la toute fin de l'histoire. Je suis tout de même curieuse de lire la suite de cette saga, en espérant en apprendre plus sur l'installation des premiers colons américains.  

Enfin, une bibliographie est présente à la fin du roman ce qui m'a beaucoup plu, mais j'aurais aimé qu'une note de l'auteur explicite les faits qui se sont vraiment déroulés et ceux qui sont issus de son imagination. 

En résumé : Malgré le style d'écriture très fluide de l'auteur cette saga familiale ne m'a convaincue qu'à moitié. Je tenterai quand même de lire le tome suivant avec l'espoir que l'action suive enfin la vie quotidienne des premiers colons américains. 

 Découvrez une autre saga familiale sur ce blog, c'est ici 

samedi 26 décembre 2015

13 à table ! (2016) de Collectif

L'histoire : 

Les plus grands auteurs de la littérature contemporaine ont pris cette année encore leur plus belle plume pour vous concocter un délicieux recueil de nouvelles autour d'un thème : frère et sœur. 
Ceux qui s'aiment, ceux qui se détestent... Souvenirs d'enfance, vie commune, haine larvée ou avouée, à chacun sa recette. 
Douze fratries à découvrir sans modération.

Mon avis :

Impossible de passer à côté de ce recueil de nouvelles ! Pour 5 euros j'ai pu découvrir des nouvelles de certains de mes auteurs favoris et en plus faire une bonne action au profit des restos du cœur. Ce roman a donc atterri dans ma bibliothèque à peine quelques jours après sa sortie. 

Certaines nouvelles m'ont plus convaincue que d'autres, notamment Aleyna de Karine Giebel, un texte fort qui dénonce le mariage forcé, encore en vigueur dans de nombreux pays. J'ai également été séduite par la nouvelle d'Agnès Ledig, Karen et moi, quel plaisir cela a été de retrouvé la plume de l'auteure ! Enfin celle de Michel Bussi m'a plu par son suspense et sa révélation inattendue et efficace de la fin. 

En revanche d'autres nouvelles m'ont moins convaincue comme celle de Stephane de Groodt, de nombreux jeu de mots m'ont échappée et le texte ne m'a globalement pas convaincue.

Mais je vous recommande tout de même grandement ce recueil car il permet, en plus de faire une bonne action et de retrouver ses écrivains favoris, de découvrir de nouveaux auteurs. Cela m'a donné envie de lire les œuvres de François d'Epenoux et de Douglas Kennedy.

En résumé : 5 euros = une bonne action pour les restos du cœur + des nouvelles écrites par de grands écrivains, c'est l'affaire à ne pas rater !

Retrouvez sur le blog un autre recueil de nouvelles, de science fiction cette fois: c'est ici 

mercredi 23 décembre 2015

Veux-tu une nouvelle maman ? de Hazel & Adeline Fortin


L'histoire : 

Qui a dit que le destin était immuable ?
Nastia, petite fille châtain aux yeux noisette, est née dans la pauvreté de l’ère post-soviétique, en Russie. Elle y a vécu les sept premières années de son enfance, dans la peur, la misère et la violence, sous l’autorité d’une mère alcoolique et tyrannique.
L’histoire familiale et personnelle d’Adeline l’a très tôt amenée à envisager l’adoption, avec la difficulté supplémentaire d’entamer ces démarches en tant que célibataire. Sans capituler, elle a bataillé contre les préjugés et l’Administration pour gagner ce pari presque insensé d’adopter seule. Adeline rencontre alors Nastia. L’aventure de l’adoption entre ces deux êtres que tout aurait dû séparer commence alors.


Mon avis : 

Il y a parfois des livres qui nous captivent dès les premières pages, des livres que nous n'arrivons pas à lacher avant la fin. Ce fut le cas de ce magnifique témoignage écrit à deux, par une mère et sa fille, adoptée en Russie à l'âge de 7 ans. Je remercie la maison d'édition La boîte à Pandore pour ce coup de coeur littéraire ! 

Il s'agit donc d'un témoignage écrit par Adeline et Hazel, anciennement Nastia, mère et fille adoptives. La petite Nastia a été adoptée à l'âge de 7 ans par Adeline à St Pertersbourg en Russie. Dès le début du livre on découvre les souvenirs qu'a la jeune fille de son enfance auprès de sa mère biologique, Rina, alcoolique et violente, qui ne s'intéressait à sa fille que pour la frapper et l'utiliser pour voler et faire la manche. L'enfance de Nastia s'est faite dans la pauvreté,  la misère et la saleté. Son obsession quotidienne était de trouver de quoi manger, sa mère ne la nourrissant pas. La dureté de ces premières pages m'a bouleversée, car il ne s'agit pas d'un roman mais bien d'un témoignage. Les scènes racontées par Nastia en sont d'autant plus atroces qu'elles les a vraiment vécues.

S'en suit une alternance de récit entre Adeline et Nastia, dans l'ordre chronologique. En plus de découvrir l'enfance chaotique de la petite fille et son placement salutaire en orphelinat, on découvre le combat qu'a mené Adeline pour avoir le droit à l'adoption en tant que femme célibataire.  Puis vient le moment de la rencontre entre Adeline et Nastia, l'adoption, le retour en France et la lente adaptation de Nastia, devenue Hazel, à sa nouvelle vie. J'ai adoré cette alternance de récit et de points de vue. On découvre parfois la même scène, d'abord au travers des yeux d'Adeline, puis au travers de ceux de Nastia. Cela permet alors de comprendre certaines réactions de la petite fille qui aurait pu sembler un peu étranges au départ.

Les deux femmes se livrent sans complexe et sans tabous et c'est ce qui rend ce témoignage si intense et bouleversant. L'amour qu'elles ressentent l'une pour l'autre transparait dans ce récit. J'ai terminé cette lecture avec le cœur gros, plein d'émotions, et heureuse, car cette histoire se finit bien !

En résumé : Je suis encore toute chamboulée par ce magnifique témoignage qui se lit d'une traite et qui montrent à quel point l'adoption peut changer des vies !

Découvrez d'autres témoignages sur ce blog ici ou encore ici

samedi 19 décembre 2015

La mer en hiver de Susanna Kearsley


L'histoire :

Lorsque Carrie McClelland, auteur à succès, visite les ruines du château de Slains, elle est enchantée par ce paysage écossais, à la fois désolé et magnifique. La région lui semble étrangement familière, mais elle met de côté son léger sentiment de malaise afin de commencer son nouveau roman, pour lequel elle utilise le château comme cadre et l’une de ses ancêtres, Sophia, comme héroïne. Puis Carrie se rend compte que ses mots acquièrent une vie propre et que les lignes entre fiction et faits historiques se brouillent de plus en plus. Tandis que les souvenirs de Sophia attirent Carrie encore plus au cœur de l’intrigue de 1708, elle découvre une histoire d’amour fascinante, oubliée avec le temps. Après trois cents ans, le secret de Sophia doit être révélé.

Mon avis : 

Cela faisait des mois que je n'avais pas eu de coup de cœur littéraire,  je commençais à penser que j'étais devenu trop exigeante. Mais j'ai enfin retrouvé un roman qui m'a transportée au point que je le classe dans cette catégorie !

La mer en hiver est un roman où le passé et le présent s'entremêlent. Carrie, écrivain historique à succès se rend en Ecosse, dans la petite ville de Slains, afin de rédiger son prochain roman. C'est alors que sur les ruines du château, des souvenirs lui reviennent, mais pas les siens, ceux de Sophia Patterson, son ancêtre qui y a vécu 300 ans plus tôt. Elle se lance alors dans l'écriture de la vie de cette jeune fille qui s'est retrouvé au cœur d'un des évènements majeurs de l'histoire de l'Ecosse : la tentative de reconquête du trône par le roi Jacques. Ainsi la grande Histoire se mêle à la petite et l'on découvre à la fois comment s'est passé cet évènement mais également les liens humains et plus particulièrement ceux que tissent la jeune Sophia avec un soldat au service du roi Jacques, John Moray.

Le lecteur bascule alors sans cesse du présent au passé, tout aussi passionnant l"un que l'autre. J'ai adoré cette "double histoire", le lecteur suit à la fois la vie de Sophia au 18ème siècle mais également celle de Carrie. Les deux romances que vivent les personnages se font échos, sont magnifiques et très touchantes.

Dès le début Suzanna Kearsley nous emmène avec elle en Ecosse, les paysages et les sensations ressenties par les protagonistes sont si bien décrits que j'avais parfois l'impression de me trouver à côté de Sophia, de voir aussi la mer agitée, le château de Slains.... Cela m'a donné une folle envie de visiter l'Ecosse !

Enfin j’ai adoré la trame de fond de l'histoire, la tentative de reconquête du trône d'Ecosse par son héritier légitime, le roi Jacques, alors exilés en France. C'est une période de l'histoire que je connaissais mal et j'ai été ravie de pouvoir m'y intéresser de cette manière romancée, d'autant plus que l'auteure a fait de nombreuses investigations historiques. La plupart des faits relatés se sont réellement passés. 

En résumé : Un magnifique roman qui nous fait découvrir l'Ecosse du passé et du présent au travers de deux jeunes femmes et de leurs histoires d'amour. 

mardi 15 décembre 2015

Le charme discret de l'intestin de Giulia Enders


L'histoire : 

Giulia Enders, jeune doctorante et nouvelle star allemande de la médecine, rend ici compte des dernières découvertes sur un organe sous-estimé. Elle explique le rôle que jouent notre deuxième cerveau et son microbiote (l'ensemble des organismes l'habitant) dans des problèmes tels que le surpoids, la dépression, la maladie de Parkinson, les allergies...Illustré avec beaucoup d'humour par la soeur de l'auteur, cet essai fait l'éloge d'un organe relégué dans le coin tabou de notre conscience.

Mon avis : 

Maintenant que j'ai lu ce livre que comprend la raison de ce succès inattendu. Qui aurait cru qu'un livre sur le fonctionnement du système digestif se vendrait à plus d'un million d'exemplaire ? Je pense que cela s'explique par le fait qu'en plus d'être bien documenté et  instructif, cet ouvrage est plein d'humour : Le style d'écriture est léger, à l'inverse d'autres ouvrages scientifiques qui se prendrait trop au sérieux.

Je n'aurais jamais pensé que notre tube digestif était aussi fascinant, avec cette lecture on apprend entre autres choses :
  • Pourquoi notre position aux toilettes n'est pas bonne du tout
  • Pourquoi on a tendance à manger plus quand on est un peu déprimé
  • Le rôle de l'appendice (oui elle en a un !)
  • Pourquoi notre capacité à vomir est très importante
  • L'importance qu'ont toutes les bactéries qui peuplent notre intestin
  • Et encore beaucoup d'autres choses !
Grâce à ce livre on se rend également compte de toutes les connaissances qui restent encore à découvrir concernant notre système digestif. Je pensais que les scientifiques en avaient une vision très précise alors qu'en fait beaucoup reste encore à apprendre, notamment sur les milliards de bactéries qui nous peuplent et leur rôle sur notre santé. 

Je regrette juste quelques longueurs au milieu du livre mais à part cela ce fut une lecture passionnante et atypique !

En résumé : Une lecture originale et très instructive sur un organe assez méconnu et pourtant essentiel et passionnant.

mardi 8 décembre 2015

Voyage au pays de Grammaticalis d'Audrey Michiels, Léa Lacroix et Nicolas Fontaine


L'histoire :

Noah et Jade, 10 ans, ont reçu pour leur anniversaire un billet pour le pays de Grammaticalis. Aussitôt partis, ils découvrent un monde étonnant, rempli de couleurs et de personnages extraordinaires.

Voici une histoire magique et un  outil ludique pour découvrir la grammaire autrement. Les mots s'animent et deviennent des personnages attachants qui vont vivre ensemble une aventure inoubliable : les mots se rencontrent, s'amusent, et s'épanouissent ensemble ! 

Mon avis : 

J'ai décidé d'explorer et de chroniquer un nouveau type de livre sur ce blog : les ouvrages dédiés à la jeunesse ! J'inaugure cette nouvelle catégorie avec Voyage au pays de Grammaticalis d'Audrey Michiels, Léa Lacroix et Nicolas Fontaine. Je remercie la maison d'édition Je réussis de m'avoir proposé cette lecture.

Ce petit livre s'adresse au enfants à partir de 8 ans et est intéressant et original car il permet de découvrir la nature des mots tout en s'amusant. L'histoire est très mignonne et met en scène deux enfants, Noah et Jade qui partent au pays de Grammaticalis à la découverte de petits personnages colorés : les mots. Ainsi les verbes, adjectifs, adverbes, noms, déterminants, prépositions, pronoms et conjonctions s'animent et font découvrir leurs rôles aux jeunes lecteurs.  

J'ai adoré cette manière ludique et originale d'enseigner la grammaire au enfants. De plus le livre est richement illustré et coloré ce qui le rend attirant et facile à lire.

Enfin de petits exercices se trouvent à la fin de chaque chapitre, pour s'entraîner et mémoriser plus facilement les différentes natures de mots.

En résumé : Une histoire très mignonne, idéale pour apprendre la grammaire aux enfants tout en s'amusant ! 

mercredi 2 décembre 2015

Bilan de mes lectures, novembre 2015

Le mois de novembre 2015 fut un mois riche en lectures diversifiées, avec un roman que j'ai adoré, trois que j'ai aimé et un pour lequel mon avis est plus mitigé.

J'ai adoré le roman d'après une histoire vraie de Delphine de Vigan, un thriller psychologique qui mérite les prix littéraires reçus (prix Renaudot et le Goncourt des lycéens).  


J'ai aimé la nuit de feu d'Éric-Emmanuel Schmitt, un roman autobiographique qui amène à réfléchir, Marie d'en haut d'Agnès Ledig, une romance divertissante, et les plus incroyables arnaques de l'histoire de J-M Carpentier et Alain Libert, un livre bien documenté et instructif.   

   

Enfin mon avis a été plus mitigé sur ma lecture du dernier roman de Bernard Werber, le sixième sommeil. J'ai adoré retrouvé la plume de l'auteur, que je n'avais pas chroniqué sur ce blog depuis longtemps, mais l'histoire ne m'a pas convaincue.  


Et vous, quel est votre bilan littéraire du mois de novembre 2015 ? 

mardi 1 décembre 2015

Marie d'en haut d'Agnès Ledig


L'histoire : 

À trente ans, Marie a un caractère bien trempé et de la ressource. Lorsqu'Olivier, lieutenant de gendarmerie, débarque chez elle sans prévenir pour une enquête de routine, elle n'hésite pas à le ligoter pour lui faire comprendre explicitement qu'il n'est pas le bienvenu.
Mais cette carapace de femme forte dissimule ses fêlures. C'est grâce à Antoine, son meilleur ami, et Suzie, sa fille, que Marie trouve un sens à sa vie.
Et contre toute attente, Olivier va rejoindre le trio. Entre lui et Antoine, la guerre est déclarée. L'enjeu ? Le coeur de Marie.

Mon avis : 

Agnès Ledig a été MA découverte littéraire de cette année. J'ai eu un coup de cœur pour son style d'écriture, ses histoires, ses personnages... Bref j'attends maintenant avec impatience ses prochaines publications ! 

Après avoir lu Juste avant le bonheur et Pars avec lui, tous deux des coups de cœur, je me suis lancée dans la lecture de son premier roman publié : Marie d'en haut. Si cette fois-ci ce n'a pas été un coup de cœur, j'ai tout de même passé un très bon moment !

Comme dans les autres romans de l'auteure, les personnages sont très attachants et c'est ce qui m'a fait aimer ce récit. J'ai particulièrement aimé le personnage d'Antoine, cet agriculteur à l’apparence bourru mais au grand cœur. La romance entre Marie, agricultrice, et Olivier, policier, m'a un peu fait penser à "un amour est dans le pré" littéraire. C'est un roman qui change les idées, idéal pour se détendre !

En résumé : Une très jolie histoire et des personnages très attachants même si j'ai été moins transportée que par les deux autres romans d'Agnès Ledig.

vendredi 27 novembre 2015

La nuit de feu d'Éric-Emmanuel Schmitt


L'histoire :

« Je suis né deux fois, une fois à Lyon en 1960, une fois dans le Sahara en 1989. » Une nuit peut changer une vie. À vingt-huit ans, Éric-Emmanuel Schmitt entreprend une randonnée à pied dans le Sahara en 1989. Parti athée, il en reviendra croyant, dix jours plus tard. Que s'est-il passé ?
Dans ce livre où l’aventure se double d’un immense voyage intérieur, Éric-Emmanuel Schmitt nous dévoile pour la première fois son intimité spirituelle et sentimentale, montrant comment sa vie entière, d’homme autant que d’écrivain, découle de ces instants miraculeux.

Mon avis :

De l'œuvre d’Éric-Emmanuel Schmitt je ne connaissais que des nouvelles, des œuvres de fiction pour enfants et des pièces de théâtres. Je les avais toutes adorées mais j'ai ressenti une émotion plus profonde en lisant la Nuit de Feu.  L'auteur livre ici une part de lui-même. Il s'agit d'un récit autobiographique sur une nuit qu'il a passé dans le Sahara et qui a changé sa vie. J'ai aimé découvrir Éric-Emmanuel Schmitt de cette manière plus intime, on ressent tout au long de ce récit l'importance qu'a eu ce voyage pour lui et, en tant que lectrice, je me suis sentie privilégiée de pouvoir le découvrir au travers de ses mots.  

C'est un roman qui se lit très rapidement et qui amène à réfléchir à des sujets profonds : notre place sur terre, la religion, les cultures... et cela grâce au style d''écriture d’Éric-Emmanuel Schmitt qui est très beau, très poétique. De par le thème évoqué ici, il se dégage en plus quelque chose de mystique de ce récit.

Enfin, ce roman ne vaudrait la peine d'être lu rien que pour son épilogue qui m'a particulièrement touchée et fait écho à ce que nous vivons en ce moment, en voici un extrait :

"Face au questionnement sur l'existence de Dieu, se présentent trois types d'individus honnêtes, le croyant qui dit : " je ne sais pas mais je crois que oui", l'athée qui dit : "je ne sais pas mais je crois que non", l'indifférent qui dit: "Je ne sais pas mais je m'en moque."

L'escroquerie commence chez celui qui clame "Je sais !" Qu'il affirme : "Je sais que Dieu existe" ou "Je sais que Dieu n'existe pas", il outrepasse les pouvoirs de la raison, il vire à l'intégrisme, intégrisme religieux ou intégrisme athée, prenant le chemin funeste du fanatisme et de ses horizons de mort. Les certitudes ne créent que des cadavres. "

"Nous devons reconnaître et cultiver notre ignorance. L'humanisme pacifique coûte ce prix-là. Tous, nous ne sommes frères qu'en ignorance, pas en croyance. Ce ne sera qu'au nom de l'ignorance partagée que nous tolérerons les croyances qui nous séparent."

En résumé : Une œuvre plus intime, un récit autobiographique d’Éric Emmanuel Schmitt que j'ai aimé découvrir et qui amène à réfléchir.

Retrouvez mes autres chroniques de cet auteur sur ce blog.

lundi 23 novembre 2015

Le sixième sommeil de Bernard Werber


L'histoire :

Assoupissement
PHASE 2
Sommeil léger
PHASE 3
Sommeil lent
PHASE 4
Sommeil très profond
PHASE 5
Sommeil paradoxal
PHASE 6
Le sixième sommeil.
Celui de tous les possibles.

Mon avis : 

Cela faisait quelques années que je n'avais pas lu un roman de Bernard Werber et cela m'a fait du bien de retrouver son style d'écriture si particulier, cet aspect didactique qu'il insère tout au long de ses histoires. Je me suis sentie bien pendant cette lecture. 

Mais malheureusement ce roman est loin d'être mon préféré de cet auteur.

Je trouve que malgré le fait que l'histoire fait plus de 400 pages tout va trop vite. Les problèmes que rencontrent les personnages se résolvent trop rapidement et pas toujours de manière crédible.

Certains points de l'histoire sont pour moi trop caricaturaux, notamment la description de la Malaisie. En lisant ce roman j'ai eu la sensation que tous les malaisiens sont des capitalistes corrompus, mangeur de cervelles de bébés singes et vivant dans un pays extrêmement sale. Même si ces points sont peut-être présents dans ce pays, je n'ai pas apprécié cette généralisation et cette description aussi négative. De même, je trouve que les traits de caractère des personnages sont trop exagérés pour paraître crédibles.

J'aurais également aimé en apprendre plus sur le sommeil, les rêves et le somnambulisme. Les explications données dans le roman reste très superficielles et un peu trop mystiques à mon goût.

En résumé : J'ai été contente de retrouver le style d'écriture de Bernard Werber mais j'ai trouvé l'histoire assez superficielle et les aspects scientifiques concernant le sommeil et les rêves pas assez développés.

"Celui qui n'a pas voulu quand il le pouvait... ne pourra pas quand il le voudra "

"Le monde des livres est le plus grand de tous les mondes que l'homme n'a pas reçus de la nature mais tirés de son propre esprit" (Hermann Hess)

Retrouvez mes autres chroniques de cet auteur sur ce blog. 

vendredi 20 novembre 2015

Les plus incroyables arnaques de l'histoire de J-M Carpentier et Alain Libert


L’histoire :

Découvrez les plus fantastiques arnaques de tous les temps !
• Le célèbre Victor Lustig, qui réussit à vendre à un ferrailleur la Tour Eiffel mais également son homologue anglais, Arthur Ferguson, qui, lui, vendit Big Ben, Buckingham Palace, la Colonne Nelson, la statue de la Liberté et même la Maison Blanche !  
• L'acquisition par le Louvre de la célèbre tiare de Saïtapharnès qui s'est révélée par la suite être une belle imitation.
• Les détecteurs d'explosif – qui ne détectent rien - qu'utilise encore aujourd'hui l'armée irakienne.
• " La Grande Thérèse " qui se fit prêter par des banques des millions de francs sur base de la promesse d'un héritage qui n'existait pas
• Henry Ford qui acheta une solution liquide présentée comme une alternative à l'essence, mais trente fois moins cher. Le produit miracle n'en était évidemment pas un.
Et beaucoup d’autres !

Mon avis :

Après la lecture du livre les plus grands chagrins d'amour de Julie Grêde, que j'avais adoré, la maison d’édition la boîte à Pandore m'a proposé la découverte d'un nouvel ouvrage de cette collection : les plus incroyables arnaques de l'histoire, écrit par J-M Carpentier et Alain Libert. Je les en remercie !

Ce livre est très bien écrit, on ressent au fil des pages les investigations historiques faites par les auteurs pour nous donner le plus de détails possibles. 

Je suis passionnée d'histoire et plus particulièrement de la petite histoire, de la découverte de ces personnes, ces faits divers que l'on ne retrouve pas dans les manuels scolaires mais qui n'en sont pas moins passionnants et permettent de découvrir la vie quotidienne, l'ambiance et les mœurs d'une époque. C'est ce que j'ai aimé dans ce livre. En plus d'être très divertissante chacune de ces arnaques témoigne d'une époque et l'ouvrage est si bien documenté que l'on peut facilement s'y plonger.

Certaines de ces arnaques paraissent invraisemblables mais les détails donnés par les auteurs sur le mode opératoire de chacune nous permettent de comprendre comment celles-ci ont pu fonctionner. Au fil de ma lecture et de la découverte de toutes ces arnaques je me suis souvent posée la question : me serais-je laisser avoir ? L'aurais-je cru ? Je pense que ce livre me rendra plus méfiante à l'avenir et m'évitera peut être de futures arnaques ! 

En résumé : Un livre bien documenté et très divertissant !

vendredi 13 novembre 2015

D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan (prix Renaudot 2015)

L'histoire :

"Ce livre est le récit de ma rencontre avec L. L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu'un écrivain ne devrait jamais croiser."

Dans ce roman aux allures de thriller psychologique, Delphine de Vigan s'aventure en équilibriste sur la ligne de crête qui sépare le réel de la fiction. Ce livre est aussi une plongée au cœur d'une époque fascinée par le Vrai.

Mon avis : 

Il s'agit de l'un des romans les plus troublants et captivants qu'il m’a été donné de lire. Je le définirais comme un thriller psychologique d'anticipation puisque dès le début le lecteur connaît les effets qu'a eu la manipulation de L. sur Delphine : elle est devenue incapable d'écrire, ne serait-ce qu'un email.
  
De Delphine de Vigan je n'avais lu que No et moi que j'avais adoré, mais pas Rien ne s'oppose à la nuit, ce roman en partie autobiographique où l'auteure évoque sa mère. Je regrette de ne pas l'avoir lu avant D'après une histoire vraie car, même s’il ne s’agit pas d’une suite, Delphine de Vigan y fait souvent référence. Mais cela ne m'a pas empêchée d'adorer ce roman qui m'a captivée pendant des jours.

Le sujet principal de l’histoire est la recherche du vrai, du réel dans une oeuvre. L'écriture de ce roman est à la frontière entre le réel et la fiction, je ne compte plus le nombre de fois où, au cours de ma lecture, je me suis posée la question : Est-ce que ça lui est vraiment arrivé ? Delphine De Vigan amène également le lecteur à s'interroger sur la pertinence du vrai dans un roman : Une œuvre est-elle plus intéressante si elle est tirée de faits réels ? Est-il devenu obsolète de ne servir que de la fiction aux lecteurs ? 

J'ai particulièrement apprécié la manière dont l'histoire devient de plus en plus angoissante, prenante. Cela se fait progressivement. Au fur et à mesure de ma lecture je remarquais que ce roman prenait de plus en plus de place dans ma vie quotidienne, il occupait mes pensées de plus en plus souvent et mon impatience à en connaître la suite grandissait. 

L'aspect psychologique de l'histoire est très intéressant. La manipulation qu'exerce L. sur Delphine est très subtile et se fait sur du très long terme. Cela m'a amenée à me poser beaucoup de questions : Qui dit la vérité ? L. est-elle vraiment manipulatrice ou est-ce une excuse qu'a trouvée Delphine de Vigan pour expliquer son incapacité à écrire ? 

Enfin on termine le roman avec beaucoup, beaucoup de questions, la fin de celui-ci ne faisant que rajouter à notre trouble.

En résumé : C'est un roman atypique, un thriller psychologique très bien mené que je vous recommande grandement ! 

lundi 9 novembre 2015

Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers de Benjamin Alire Saenz


L'histoire :

Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n'ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais... C'est donc l'un avec l'autre, et l'un pour l'autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l'univers.

Mon avis : 

J'ai choisi ce roman uniquement à partir des bonnes critiques vues sur d'autres blogs et sur mon site littéraire préféré, livraddict. Ainsi, je l'ai commencé sans même avoir lu le résumé, ce que j'adore faire pour que ma lecture soit une totale découverte. Au vu du titre je m’étais imaginée lire un roman didactique pour la jeunesse avec un aspect éducatif. Je me suis complètement trompée !

Le thème central de ce roman est l'adolescence et la recherche de soi, de sa personnalité. Aristote, dit Ari, 15 ans est au cœur de ces questionnements quand il rencontre Dante, un autre adolescent. Entre les deux garçons naît alors une grande amitié. 

L'histoire se déroule sur plusieurs années ce que j'ai apprécié car le lecteur peut suivre l'évolution de ces adolescents, leur passage à l'âge adulte. Ari se pose beaucoup de questions, sur lui-même et sur les autres. Il est intéressant de découvrir cette période sensible, l'adolescence et la découverte de soi , de l'intérieur, au travers des yeux de Ari.

La relation adolescent - parents est évoquée de manière subtile dans le livre. Ari apprend à découvrir son père et sa mère comme des personnes à part entière, avec leurs problèmes et leurs défauts, ce qui se fait parfois douloureusement mais les rapproche. J'ai aimé cet aspect de l'histoire, l'évolution de cette relation, qui montre qu'Ari n'est plus un enfant et va devenir un adulte.  

C'est un roman qui se lie très rapidement voire trop rapidement. J'ai adoré la fluidité de la lecture et la vitesse à laquelle les pages défilent mais j'aurais aimé rester encore quelques jours supplémentaires avec Aristote et Dante !

En résumé : Un très beau roman sur l'adolescence et la découverte de soi, qui se lit très rapidement !