Mes derniers avis:

Mes derniers avis

dimanche 28 novembre 2010

Fablehaven, tome 2 de Brandon Mull



L’histoire :
 

Dès la fin de l'année scolaire, Kendra et Seth sont de retour à Fablehaven, incroyable refuge pour créatures fantastiques, dont leurs grands-parents sont les gardiens.
Grand-père Sorenson y a invité trois experts : un maître en potions, un collectionneur d'objets magiques et une chasseuse de créatures étranges. Ils ont pour mission de protéger Fablehaven de la maléfique Société de l'Étoile du Soir, déterminée à mettre la main sur un artéfact d'une grande puissance dissimulé au cœur du sanctuaire.

Le temps est compté. Si l'Étoile du Soir parvient à ses fins, ce sera un désastre pour tous les sanctuaires du monde... et peut-être pour la Terre entière !
 
Mon avis :
 
J’avais lu le tome 1 de fablehaven cet été et même si j’avais apprécié cette lecture, j’étais restée un peu déçu car j’en avais entendus beaucoup de bien et cela n’avais pas été un coup de cœur. Par contre j’ai été totalement conquise par ce tome 2 !

Comme les personnages ont déjà été présentées dans le tome 1, on entre tous de suite dans l’histoire et il devient vite difficile de s’en détacher. J’ai adoré cette nouvelle histoire, beaucoup plus complexe que le tome 1 et j’ai été surprise de nombreuses fois lors de cette lecture surtout à la fin du roman.
 
Les nouveaux personnages sont très intéressants, leurs caractères est plus complexes et plus travaillés. J’ai eu un coup de cœur pour Warren, le frère de Dale que je trouve très attachant. J’ai cependant encore eu du mal avec le personnage de Seth, qui a souvent tendance à m’énerver dans sa façon d’agir !
 
Le style de l’écriture est très agréable, pas trop simple comme c’est le cas de nombreux livres jeunesses.
Il est bien sûr évident que je lirais le tome 3 car la fin du tome 2 donne très envie de connaitre la suite !
 
En résumé : J’ai adoré ce tome 2, beaucoup plus intéressant que le tome 1.  Je rejoins les fans, déjà nombreux, de fablehaven !
 
Ce livre et moi : Je remercie livraddict et les éditions nathan pour cette très bonne lecture !

dimanche 21 novembre 2010

Interview: Anthony Zuiker

P1040517.JPG
    Le 9 novembre dernier j’ai eu la chance en compagnie d’une autre blogueuse Exxlibris de rencontrer Anthony Zuiker, créateur de la série à succès les experts et auteur des romans "level 26"   qui innove en offrant aux lecteurs des vidéos sur internet qui permettent d’illustrer le livre.                        
 
 
 
 
 
 
 
 
Avant de commencer l’interview, Anthony Zuiker nous à fait la démonstration de l’application qu’il a développé sur l’ipad. Il s’agit d’une lecture interactive qui permet au lecteur d’être d'avantage impliqué dans l’histoire. Trois modes sont disponibles : le premier, traditionnel permet de  simplement lire le roman sur son ipad ; le second appelé Diginovel permet de visionner les vidéos tout au long de sa lecture et enfin le troisième, Ultimate,  permet au lecteur de s’impliquer vraiment dans l’enquête en recueillant soi-même les indices par exemple.
Malgré le fait que je sois assez réfractaire aux livres numériques, j’ai trouvé ce concept très intéressant puisqu’il ne se contente plus de projeter le livre sur un écran mais utilise également la technologie pour rendre le roman plus interactif.
Une fois la démonstration effectuée, nous sommes passé à l’interview en elle-même, que voici :
 
Comment vous est venue l’idée d’incorporer des vidéos à votre roman ?
Je voulais écrire un thriller mais d’une façon nouvelle en réunissant dans une même expérience à la fois le livre papier et le cinéma. Cela permet également de créer une communauté de lecteurs de level 26.
Et, étant donné que je suis le créateur des experts je voulais donner à tous les fans de la série quelque chose de plus sombre, de plus angoissant. J’ai donc décidé de créer Steve Dark et le méchant Squeegel, le tueur parfait.
 
Vous êtes également scénariste (des experts), quelles sont les différences entre l’écriture d’un scénario et celle d’un roman ?
Pour  l’écriture d’un script, j’ai environ 4 ou 5 jours pour écrire 16 pages avec l’aide d’une dizaine de personnes. Nous tournons Les experts les 8 jours suivants. La pression est grande car nous n’avons qu’un mois entre le début de l’écriture du scénario d’un épisode et sa diffusion.
Pour l’écriture d’un roman, je prends plusieurs semaines pour réfléchir au concept, puis encore quelques semaines pour commencer à l’écrire. Ensuite,  la conception des séquences filmées met environ 4 mois puis il faut encore plusieurs mois pour les intégrer au roman.
La grande différence entre les 2 projets est donc le temps dont on dispose pour les mettre en place.
 
Avez-vous des habitudes particulières pour écrire ?
J’écris dans un restaurant à Santa Monica, où je porte un jogging et des lunettes noires afin que personne ne me reconnaisse et j’ai l’habitude de boire beaucoup de café en écrivant.
 
Lequel des personnages de level 26 préférez-vous ?
Emotionnellement je me sens plus lié à Steve Dark mais Squeegel est celui que j’ai préféré imaginer.
 
Toute l’histoire de ce second tome tourne autour du tarot, croyez-vous en la divination ? 
Absolument.  Il y a deux ans je me suis fais tirer les cartes et tout ce qui en est ressorti s’est révélé être vrai. On m’avait par exemple prédis le succès et l’amour, deux choses qui me sont aujourd’hui arrivés.
 
Pouvez-vous nous parler du tome 3 de level 26 ?
Le tome 3 s’appellera  « Dark Revelation ». Le tueur s’appelle Labyrinthe, il ressemble au Sphynx dans la mythologie grecque c'est-à-dire que celui-ci posera des énigmes qui se révèleront être fatales si la personne questionnée n’arrive pas à la résoudre.      
 
Une fois l’interview terminée Anthony Zuiker m’a gentiment dédicacé mon roman et nous avons fait des photos avec lui.
 
P1040535.JPG  
Je remercie Camille des éditions Michel Lafon pour m’avoir permis de rencontrer cet auteur ainsi que Coralie, qui a fait de très belles photos. Elle vient d'ailleurs de créer son blog de culture et de photos que vous pouvez retrouver ici. 

samedi 20 novembre 2010

Level 26, tome 2 d'Anthony Zuiker


L’histoire :
 
Steve Dark devrait être au fond du gouffre : la femme qu’il aimait est morte par sa faute, massacrée par le même psychopathe qui a tué ses parents adoptifs.

Mais Dark n’est pas un homme ordinaire. C’est un chasseur, capable de se glisser dans la peau des tueurs les plus aguerris et d’infiltrer leurs pensées meurtrières pour mieux les traquer. Loin de baisser les bras, il se sent désormais investi d’une mission qui n’est pas limitée par les règles de la police et qu’il ne soumet à aucune autorité, qu’elle soit gouvernementale ou morale. Une mission qui, il l’espère, lui permettra enfin de restaurer la justice.

PLUS QU’UN THRILLER, UNE EXPÉRIENCE EN LIGNE


Toutes les trente pages, Internet peut prendre le relais du roman :
Connectez-vous sur level26.com ou scannez le mobile tag et regardez les séquences réalisées par Anthony Zuiker, sur votre ordinateur ou directement sur votre téléphone.
 
Mon avis :
 
En temps normal, je lis très peu de thrillers, ce n’est pas vraiment mon genre de roman. Pourtant celui-ci m’a plu. Je pense que cela est due au fait que, malgré le fait que ce livre suis le schéma basique du thriller (des meurtres en série, la recherche de l’assassin…) il y a tout de même une certaine originalité puisque le thème majeur du roman est le tarot divinatoire. En effet chaque meurtre est basé sur une des cartes du jeu de tarot et mis en scène de la même manière que celle-ci.
Il y a bien sur une signification pour chaque meurtre et c’est ce qui m’a le plus plu : essayé de décoder la psychologie de l’assassin et de comprendre ce qui le pousse à agir.
 
J’ai par contre eu beaucoup de mal avec les personnages. Je ne me suis attaché à aucun d’entre eux et cela m’a vraiment manqué  car du coup je suis restée assez extérieure au roman, je ne me suis pas sentie impliquée dans l’enquête comme je l'aurais voulu.
Le personnage qui m’a le plus déplu est Graysmith, pas tellement pour son caractère mais pour son rôle dans l’histoire. En effet je trouve que le fait qu’elle permette à Steve Dark d’avoir tous ce qu’il veut (incluant jet privée et armes) et d’entrer sur n’importe quelle scène de crime alors qu'il n'y est pas habilité est un peu facile et pas vraiment crédible. D’autant plus qu’on apprend jamais de quelle façon elle s’y prend pour réaliser ces exploits.
 
Mais malgré cela j’ai pris du plaisir à lire ce roman car l’envie de comprendre la raison et le but de ces meurtres rend cette lecture addictive !
 
En résumé :  Une lecture plaisante et rapide malgré un manque de crédibilité parfois.
 
Ce livre et moi : Je remercie Camille des éditions Michel Lafon pour cette lecture.

jeudi 11 novembre 2010

Le rire du Cyclope de Bernard Werber

 
Quatrième de couverture:

Un coffret renferme l'arme absolue.
La plus inattendue, la plus imparable.
Le célèbre comique, le cyclope, est mort d'avoir voulu le posséder.
On ne l'ouvre qu'à ses risques et périls...

Après le père de nos pères et l'ultime secret, une nouvelle enquête de Lucrèce et Isidore au coeur d'un des grands mystères humains : le rire

Mon avis :

Après « le père de nos pères », où Lucrèce et Isidore enquêtaient sur l'origine de l'humanité et « l'ultime secret » où ils s'intéressaient aux mystères du cerveau, la jeune journaliste bagarreuse et l'ancien policier pacifiste se posent une nouvelle question : pourquoi rit-on ?

Le début est semblable aux deux premiers tomes : une mort mystérieuse dont seule Lucrèce semble penser qu'il s'agit peut-être d'un assassinat. Le comique Darius Wozniak, dit "le cyclope" est retrouvé mort dans sa loge, la police conclut à une crise cardiaque mais il y a un fait troublant : des témoins jurent l'avoir entendu éclater de rire avant de s'effondrer, raide mort.

S'ensuit le début de l'enquête de Lucrèce où elle va à la rencontre de la famille de la victime ainsi que de différents protagonistes du rire.
J'ai un peu regretté le fait que l'enquête se fasse aussi facilement. Je m'explique : à chaque personne interrogée, celle-ci révèle quasiment toujours où poursuivre l'enquête. Cela permet bien sûr de faire avancer facilement l'histoire mais j'aurais aimé que les enquêteurs peinent un peu de temps en temps comme dans une vraie enquête, car pour le coup cela manque un peu de réalisme.

Par contre ce que j'ai adoré c'est la nouvelle relation entre les deux personnages principaux : Lucrèce et Isidore. En effet celle-ci est beaucoup plus complexe que dans les tomes précédents où je trouvais que les rapports qu'ils entretenaient étaient assez plats et pas vraiment intéressants.
De plus je trouve que ces personnages gagnent en profondeur dans ce roman. Leurs caractères deviennent également plus complexes. Par exemple je n'aurais jamais imaginé dans « le père de nos pères » ou « l'ultime secret » Isidore capable de violence.  Or dans « le rire du cyclope », il s'énerve et devient violent, et contre Lucrèce en plus ! (Mais c'est vrai qu'elle l'avait mérité !)

De même, Werber explore le passé de Lucrèce, on apprend par exemple l'origine de son comportement assez bagarreur ainsi que la raison pour laquelle elle a été cambrioleuse.
J'aime beaucoup le fait que les deux personnages ne se cantonnent plus à leurs descriptions de quelques lignes. Dans « le rire du cyclope » ils gagnent une part d'imprévisibilité, ce qui les rend beaucoup plus intéressants.

Le style est très bon, l'histoire se lit facilement malgré quelques longueurs parfois.

Venons-en à l'histoire : elle m'a plu mais ce n'est pas ma préférée de Werber. Cela vient du fait que le thème est beaucoup moins scientifique, j'ai appris beaucoup moins de choses dans ce roman (à part quelques blagues)  que dans ses précédents et c’est ce que j’adorais chez Werber.

En résumé : Même si ce n’est pas mon roman préféré de Bernard Werber, ce fut tout de même une lecture agréable et j’ai été contente de retrouver Lucrèce et Isidore !

Ce livre et moi : je remercie grandement Nicolas Aouizerate des éditions Albin Michel de m'avoir permis cette lecture!